Cérémonie de Sainte-Barbe départementale

Vendredi 25 janvier 2019 au Mouzon à Auch, la direction départementale des services d’incendie et de secours du Gers rassemblait l’ensemble des sapeurs-pompiers gersois pour célébrer leur sainte patronne. La...


Lire la suite ...

Lancement officiel de l'application Staying Alive dans le Gers

AIDEZ-NOUS À SAUVER DES VIES EN DEVENANT « BON SAMARITAIN » Dans le Gers, les sapeurs-pompiers interviennent en moyenne en 12 minutes, mais c’est parfois insuffisant pour sauver une...


Lire la suite ...

L’opération POMPY® se poursuit dans le Gers

Avec le soutien de l’Union départementale des sapeurs-pompiers, le Service départemental d’incendie et de secours du Gers (SDIS 32) a lancé en 2016 l’opération POMPY® impulsée par la Fédération nationale...


Lire la suite ...

Le SDIS 32 sensibilise et forme les populations

Le SDIS du Gers a créé en décembre 2016 un service dédié à former et à informer les populations en ciblant particulièrement les jeunes afin de répondre aux nouvelles...


Lire la suite ...

Passation de commandement à Gimont

Ce samedi à l'occasion de la célébration de la Sainte-Barbe à Gimont, le Sergent Pierrick Pelletier prenait officiellement le commandement du centre de secours, succédant ainsi au Lieutenant Christian Colléoni...


Lire la suite ...

Une mission d'appui drone au SDIS 32

Le SDIS du Gers dispose depuis le mois de septembre 2018 d’une mission d’appui drone (MAD 32). Quatre sapeurs-pompiers constituent cette équipe qui a pour principal objectif d’apporter un soutien...


Lire la suite ...

Inauguration du centre de formation des sapeurs-pompiers du Gers

Ce vendredi 29 septembre, a lieu l’inauguration du centre départemental de formation des sapeurs-pompiers du Gers implanté sur le site du centre de secours de Vic-Fezensac. La création d’un centre...


Lire la suite ...
0123456

Le SDIS du Gers dispose depuis le mois de septembre 2018 d’une mission d’appui drone (MAD 32). Quatre sapeurs-pompiers constituent cette équipe qui a pour principal objectif d’apporter un soutien visuel en intervention, à la demande.

 

Une mission d’appui de quatre sapeurs-pompiers

La mission d’appui drone (MAD) du SDIS 32 se compose de quatre membres prêts à intervenir : le Lieutenant David Pasche, le Lieutenant Jean-Philippe Desponts, l’Adjudant Jérôme Pailhes et le Sapeur Loup Vergez. Pour être optimale, la mise en œuvre de la MAD prévoit l’intervention de deux membres : un télépilote, responsable de l’appareil et de la sécurité, qui gère la progression en vol du drone et son positionnement, et un cadreur en charge de la prise de vue et de la transmission des images, qui assure la sécurité complémentaire lors des manœuvres délicates.

 

Le drone : un visuel et de la détection sur des sites inaccessibles

Le service s’est ainsi équipé d’un drone (aéronef radio commandé) capable d’embarquer des moyens de prises de vue (appareil photo, caméra), de faire de la détection ou de relever des données (capteurs de températures, de pression, de détection de gaz, de radio activité). Cet appareil souple et léger est efficace pour prendre de la hauteur notamment dans des sites étroits, sans recul, pour une lever de doute rapide face à un problème technique ou une inspection, ou encore pour des interventions en milieux protégés ou sensibles. Il est capable de photographier dans le détail à quelques mètres seulement ou de situer un élément dans son ensemble. Il est peu encombrant et transportable, écologique et rapide de mise en œuvre.

 

Un appui opérationnel pour le SDIS

L’intérêt pour le SDIS est principalement opérationnel. Il s’agit de fournir au commandant des opérations de secours (COS) des éléments utiles à la prise de décision et d’alimenter un poste de commandement de colonne en images « temps réel ». La mission d'appui va ainsi repérer des personnes isolées ou rechercher des personnes égarées. Le drone permet également de déterminer la délimitation, l'orientation et la vitesse de progression des feux de végétation et/ou des brûlages dirigés, et de préserver l'engagement de binômes lors de reconnaissances à risque ou difficiles d'accès. L'appareil peut porter des détecteurs (risque chimique ou radiologique) afin d'effectuer des circuits de mesures. D'autres usages peuvent enfin être définis en fonction des besoins du commandant des opérations de secours (COS) sur les lieux.

 

Une aide sur des missions administratives planifiées

Outre sa mission opérationnelle, le drone constitue une aide en termes de prévision et de retour d’expérience (vidéos d'exercices ou collecte d’informations suite à une opération...). Il permet de disposer d’une image à jour, exploitable en temps réel sous les angles de vue souhaités, quel que soit le lieu.

 

Informations supplémentaires