La prévention incendie en ERP

 

 

incendie ERP

En matière de sécurité dans les établissements recevant du public (ERP), les principes qui guident la réglementation applicable s’attachent à ce que ces établissements soient conçus de manière à permettre :

 

- de limiter les risques d’incendie,

- d’alerter les occupants lorsqu’un sinistre se déclare,

- de favoriser l’évacuation des personnes tout en évitant la

  panique,

- d’alerter des services de secours et faciliter leur intervention.

 

Les mesures de prévention contre les incendies concernent tous les travaux, qu’ils portent sur la création, l’aménagement ou la modification de ces établissements. Elles s’appliquent également à toutes les phases de la « vie » de l’établissement : conception, construction et exploitation.

 

 

Caractérisation d’un ERP


 

Constituent des ERP tous les bâtiments, locaux et enceintes dans lesquels des personnes sont admises, soit librement, soit moyennant une rétribution ou une participation quelconque, ou dans lesquels sont tenues des réunions ouvertes à tout venant ou sur invitation, payantes ou non.

 

Cela regroupe donc un très grand nombre d’établissements, comme les magasins et centres commerciaux, les cinémas, les théâtres, les hôpitaux, les écoles et universités, les hôtels et restaurants… que ce soient des structures fixes ou provisoires (chapiteaux, tentes, structures gonflables ).

 

 

Protection contre les risques d’incendie et de panique dans les ERP


 

L’obligation de protection contre l’incendie est très large dans la mesure où elle s’impose à toutes les personnes (autres que les salariés et le public reçu) ayant un lien avec l’établissement et s’applique non seulement au moment de la construction, mais également en cours d’exploitation de l’établissement.

 

 

Définition et application des règles de sécurité


 

Ainsi, les constructeurs, propriétaires et exploitants des ERP sont tenus, tant au moment de la construction qu’au cours de l’exploitation, de respecter les mesures de prévention et de sauvegarde propres à assurer la sécurité des personnes.

Ces mesures sont déterminées compte tenu de la nature de l’exploitation, des dimensions des locaux, du mode de construction et du nombre de personnes pouvant être admises dans l’établissement.

 

Les bâtiments ou les locaux où sont installés les ERP doivent être construits de manière à permettre l’évacuation rapide de la totalité des occupants. Ainsi, ils doivent avoir une ou plusieurs façades en bordure de voies ou d’espaces libres permettant l’évacuation du public, l’accès et la mise en service des moyens de secours et de lutte contre l’incendie.

 

Par ailleurs, l’aménagement des locaux, les matériaux utilisés et les équipements mis en place doivent respecter certaines caractéristiques réglementaires.

 

Enfin, les ERP doivent être dotés de dispositifs d’alarme et d’avertissement, d’un service de surveillance et de moyens de secours contre l’incendie.

Cette obligation est adaptée en fonction de leur taille, leur destination et appropriée aux risques.

 

 

Classement des établissements


 

Tous les ERP ne présentent pas les mêmes caractéristiques de taille, de destination, d’usage et de risques. Ils sont donc répartis en types selon la nature de leur exploitation, classés en catégories d’après l’effectif du public et du personnel. Ils sont soumis à des dispositions générales communes ainsi qu’à des dispositions particulières qui leur sont propres issues du Règlement de sécurité contre l’incendie et relatif aux établissements recevant du public.

La typologie de l’établissement, qui correspond à son activité, est désignée par une lettre (article GN 1 du règlement de sécurité incendie dans les ERP). Il existe 22 types d’établissements :

 

                                    Établissements installés dans un bâtiment

 

 

TYPE

 

 

NATURE DE L’EXPLOITATION

 

J

Structures d’accueil pour personnes âgées ou personnes handicapées

L

Salles d’auditions, de conférences, de réunions, de spectacles ou à usage multiple

M

Magasins de vente, centres commerciaux

N

Restaurants et débits de boissons

O

Hôtels et pensions de famille

P

Salles de danse et salles de jeux

R

Établissements d’enseignement, colonies de vacances

S

Bibliothèques, centres de documentation

T

Salles d’exposition

U

Établissements sanitaires

V

Établissements de culte

W

Administrations, banques, bureaux

X

Établissements sportifs couverts

Y

Musées

 

 

                                                  Établissements spéciaux

 

 

TYPE

 

 

NATURE DE L’EXPLOITATION

 

PA 

Établissements de plein air

CTS 

Chapiteaux, tentes et structures itinérants ou à implantation prolongée ou fixes

SG 

Structures gonflables

PS 

Parcs de stationnement couverts

OA 

Hôtels-restaurants d’altitude

GA 

Gares accessibles au public

EF 

Établissements flottants ou bateaux stationnaires et bateaux

REF 

Refuges de montagne

 

Les ERP sont également répertoriés en 5 catégories, déterminées en fonction de la capacité de l’établissement :

 

1e groupe :

  • 1e catégorie : > 1500 personnes
  • 2e catégorie : de 701 à 1500 personnes
  • 3e catégorie : de 301 à 700 personnes
  • 4e catégorie : 300 personnes et moins à l’exception des établissements de 5e catégorie

 

2e groupe:

  • 5e catégorie: établissement accueillant un nombre de personnes inférieur au seuil dépendant du type d'établissement

 

Pour les ERP du premier groupe, le nombre de personnes pris en compte pour la détermination de la catégorie intègre à la fois le public et le personnel n’occupant pas des locaux indépendants qui posséderaient leurs propres dégagements. Pour les ERP de 5e catégorie (petits établissements), il ne comprend que le public (et pas le personnel).

 

 

Mesures d’exécution et de contrôle


 

Ces mesures sont assurées par le maire, par le représentant de l’Etat dans le département et par la commission de sécurité.

 

Le contrôle

La vérification et le contrôle du respect de la réglementation interviennent au cours de la construction ou des travaux d’aménagement, avant l’ouverture au public des établissements, en cas de réouverture si l’établissement a été fermé plus de 10 mois et au cours de l’exploitation.

 

Le contrôle est organisé de 2 façons :

  • par les constructeurs, installateurs et exploitants, qui font vérifier périodiquement l’établissement par des organismes ou des personnes agréés,
  • par l’administration ou par les commissions de sécurité (ce qui ne dégage par les constructeurs, installateurs et exploitants de la responsabilité qui leur incombe).

Ainsi, les établissements font l’objet de visites périodiques de contrôle, avant l’ouverture et pendant l’exploitation, par la commission consultative départementale de sécurité et d’accessibilité.

Ces visites ont pour but de s’assurer du respect de la réglementation, mais aussi de suggérer des améliorations et des modifications.

Par ailleurs, les services de police et de gendarmerie peuvent également vérifier la régularité de la situation administrative de l’établissement et relever des infractions aux règles de sécurité.

 

 

La commission de sécurité


 

La commission de sécurité est une instance qui possède des compétences particulières en matière de sécurité et dont le rôle est de fournir une aide technique à l’administration.

 

Elle est organisée de la façon suivante :

  • au niveau central : elle est composée de représentants de différents ministères et de personnes compétentes dans divers domaines. Elle donne son avis sur toutes les questions relatives à la protection contre l’incendie et les risques de panique dans les ERP et elle est consultée sur les projets de modification du règlement de sécurité,
  • au niveau départemental : elle examine les plans et effectue des visites à l’ouverture des établissements, puis de manière régulière et éventuellement inopinée, ainsi qu’après de lourds travaux, afin de rendre un avis favorable ou défavorable à l’ouverture du site. L’autorisation d’ouvrir un site est donnée par le maire par arrêté municipal. La décision de fermer un établissement peut être prise par le maire par arrêté municipal, ou éventuellement par le préfet par arrêté préfectoral, dans le cas où le maire refuse la fermeture malgré une mise en demeure. En cas de manquement à des points de sécurité qui ne peuvent être corrigés, la commission peut proposer des mesures de sécurité complémentaires pour compenser la situation (par exemple augmenter les issues de secours, mettre en place des détecteurs d’incendie…)

 

 

Sanctions administratives


 

Lorsque les établissements exploités ne respectent pas les diverses règles relatives à la sécurité, le maire ou le représentant de l’Etat dans le département, peut ordonner leur fermeture.

La décision est prise par arrêté, après avis de la commission consultative départementale de sécurité et d’accessibilité.

 

 

Textes de référence


 


 

Informations supplémentaires